ASO Chlef - Saïdoune : «L’Espérance et l’Etoile ne nous impressionnent pas»

Mercredi 27 juin 2012

Amine Saïdoune soigne sa blessure et n’est pas pressé pour réintégrer le groupe. Sa priorité est de se remettre définitivement de cette blessure, mais en même temps, il ne veut pas rater le début de la compétition africaine. Le défenseur chélifien estime, par ailleurs, que l’ASO n’a rien à envier aux autres équipes de son groupe.

Où en est votre état de santé ?
Je viens juste de terminer les soins et apparemment, les choses évoluent bien.

Etes-vous remis de votre blessure ?
Pas tout à fait, mais mon état s’améliore de jour en jour et il est très probable que je sois prêt pour notre premier match en Ligue des champions contre l’Etoile du Sahel.

Il paraît que vous tenez à ne pas rater ce match, non ?
Franchement, oui. Je ne veux pas rater cette première rencontre de la saison, d’autant qu’il s’agit d’un grand match contre l’Etoile du Sahel et dans une compétition qui attire l’attention sur le plan continental. D’ailleurs, j’ai choisi Chlef pour ça.

Ce sont des risques que vous allez prendre quand même…
Bien évidemment, je ne vais pas prendre des risques, d’autant qu’il ne s’agit pas d’un match décisif. Il y aura d’autres matchs et je dois être bien préparé pour aborder cette compétition. Pour nous, l’essentiel est de bien gérer cette compétition.

Les supporters ont été très inquiets lorsqu’ils ont appris que l’équipe déplore plusieurs blessés. Comment les rassurer ?
Il est normal qu’ils soient inquiets car ils veulent que leur équipe aborde cette compétition avec tous ses atouts afin qu’elle réalise de bons résultats et pour marquer sa présence dès le début. Mais nous les joueurs, ne sommes pas inquiets dans la mesure où la force de l’ASO ne réside pas dans ses individualités mais dans son collectif. Par exemple, durant les tours éliminatoires, nous étions dans la même situation où on a enregistré plusieurs absences pour blessures et suspensions, mais nous nous sommes qualifiés quand même.

Mais cette fois-ci, l’équipe est en phase de poules et elle a de sérieux clients…
Je ne suis pas sûr que les équipes que nous avions battues lors des précédents tours soient moins fortes que celles que nous allons affronter en quart. Il n’est pas facile, en effet, de revenir avec le point du match nul du Soudan face à Al Hilal ou de battre le Vita Club à Kinshasa. Elles pourraient être plus fortes que celles que nous allons affronter en effet, et il ne faut pas, à mon avis, donner plus d’importance aux équipes qui sont dans notre groupe plus qu’il en faut. Il fait qu’on ait confiance en nous et faire tout pour représenter le plus dignement possible l’Algérie et la ville de Chlef en donnant la meilleure image de l’ASO qui a, aujourd’hui, une bonne réputation à l’échelle africaine.

Vous paraissez très optimiste, pourquoi ?
Oui, je suis très optimiste car je connais les moyens de notre équipe et je sais de quoi elle est capable. Comme je viens de vous le dire, la motivation est double. On doit non seulement défendre les couleurs de Chlef, mais aussi les couleurs nationales, et cela doit nous motiver davantage, d’autant que le statut des clubs que nous allons affronter nous pousse à être à la hauteur de l’évènement.

Comme à l’occasion du match face à Al Hilal du Soudan ?
Oui, exactement. Contre cette équipe, personne n’avait parié le moindre sou sur nous pour passer aux quarts de finale. Mais nous sommes allés arracher la qualification sur son terrain. C’est pour ça que je dis que je ne suis pas sûr que les équipes que nous allons affronter sont plus fortes qu’Al Hilal. Et puis, la pression sera sur les épaules des Tunisiens avec l’équipe de l’EST qui doit défendre son titre et celle de l’ESS qui entend détrôner son voisin.

Etes-vous au courant justement du résultat du match qui a opposé l’Espérance du Tunis à l’Etoile du Sahel en championnat tunisien ?
Mes coéquipiers m’ont fait savoir que l’Espérance est allée s’imposer à Sousse par 2 buts à 0, et cela montre qu'elle est une bonne équipe qui a une grande expérience. Et la défaite de l’Etoile ne veut pas dire que c’est une équipe faible, mais il est vrai qu’elle est moins armée que l’EST. En tout cas, les dirigeants auraient certainement enregistré ce match afin qu’on puisse le visionner quand on rentre au pays.

Pouvez-vous promettre un grand match au public chélifien ?
Oui, c’est la moindre des choses. Que nos supporters sachent que nous allons recevoir l’Etoile du Sahel avec la détermination de bien démarrer ces quarts de finale. On doit frapper fort dès le départ, cela va nous permettre de bien gérer la suite.

ASOChlef.net
Partager