Mercato : Halliche opterait pour l’ES Tunis par précaution

Mardi 31 juillet 2012

Rafik Halliche atterrirait-il au Parc B ? (Photo : Zimbio)

La journée d’aujourd’hui et celle de demain seront décisives pour Rafik Halliche. C’est en ces deux premiers jours du mois d’août que se déterminera son avenir sportif immédiat. Il saura définitivement s’il restera [en] Europe (sa priorité et sa préférence personnelle) ou bien s’il acceptera l’offre que lui a faite l’Espérance de Tunis il y a 5 semaines, lors de l’ouverture du marché des transferts, et que ses agents et lui se seront mis à examiner de plus près depuis trois jours.

Des clubs allemands, français et portugais intéressés, mais…

Les données de son transfert se résument à une formule de jeu : un coup de poker. Non pas que Halliche ou ses agents sont en train de jouer, mais c’est la donne des cartes qui n’est pas claire. Le joueur a des contacts sérieux avec des clubs en Allemagne, en France et au Portugal. Or, tous les clubs qui veulent s’assurer ses services doivent d’abord vendre un ou plusieurs de leurs joueurs pour pouvoir payer l’indemnité de transfert de Halliche, fixée par la direction de Fulham FC à 400000 livres sterling (un peu plus d’un demi-million d’euros). En théorie, il a encore le temps d’attendre puisque le marché estival des transferts en Europe se termine le 31 août. En un mois, beaucoup de choses peuvent se passer.

La période des transferts ...

Or, il y a aussi un risque : la stagnation. Avec la crise économique que vivent la majorité des clubs en Europe (même le grand Olympique de Marseille n’a recruté qu’un seul joueur pour des raisons financières et ne peut pas acheter Ryad Boudebouz tant qu’il n’aura pas vendu quelques joueurs), il y a une possibilité que les clubs qui veulent avoir Halliche ne puissent pas vendre pour pouvoir l’acheter. C’est la crainte d’un tel scénario qui a poussé Halliche à prendre en considération la proposition de l’Espérance de Tunis car il ne compte pas passer une troisième saison sans jouer. Trouver du temps de jeu est impératif, voire vital pour lui. Le problème, c’est qu’il doit se décider vite car la période des signatures en Tunisie prend fin le 2 août à minuit.

D’ultimes discussions aujourd’hui avec les clubs européens

Aujourd’hui, ce sera donc une course contre la montre. D’ultimes discussions auront lieu avec les clubs européens qui sont intéressés par ses services ainsi qu’avec la direction de Fulham FC afin de tenter de faire baisser l’indemnité de transfert et trouver donc une issue «européenne» au problème. A défaut, ce sera l’option ES Tunis qui sera privilégiée. Pragmatique, Halliche est adepte de l’adage «un tiens vaut mieux que deux tu l’auras». Il préfère s’engager avec un club qui le veut sérieusement et qui lui permettra de jouer régulièrement plutôt que d’attendre des offres aléatoires. De plus, le club tunisois, champion d’Afrique en titre, est un point de chute respectable du point de vue sportif.

A l’Espérance, il pourra jouer la Ligue des champions et il n’aura pas le problème de la CAN

C’est que l’option Espérance de Tunis comporte plusieurs avantages. Outre le fait de jouer régulièrement, il pourra participer à la prochaine édition de la Ligue des champions africaine et, en cas de sacre, au Championnat du monde des clubs. Par ailleurs, alors que les clubs européens sont de plus en plus réticents à recruter des joueurs africains qui sont susceptibles de s’absenter durant un mois et demi pour participer à la CAN-2013, ce problème ne se posera pas à l’ES Tunis, puisque le championnat de Tunisie s’arrêtera durant le tournoi africain.

Si Halliche cherchait l’argent, il serait parti dans les pays du Golfe

Une chose est certaine : que la destination finale de Rafik Halliche soit l’Espérance de Tunis ou un club européen, l’argent ne sera pas sa motivation principale. Désireux d’évoluer au plus haut niveau possible, c’est le challenge sportif qui lui tient à cœur. S’il était intéressé uniquement par l’argent, il serait parti dans l’un des pays du Golfe où il est très demandé, que ce soit au Qatar, aux Emirats Arabes Unis ou en Arabie Saoudite. Dans le cas où Halliche s’engagerait avec l’ES Tunis, la victime collatérale en serait… un Algérien. En effet, le jeune attaquant Baghdad Bounedjah, qui a signé un précontrat avec le club tunisois, ne pourra pas être conservé du fait de la limitation du nombre de joueurs étrangers. Il pourrait donc être prêté à un autre club en Tunisie ou ailleurs.

Le Buteur
Partager