CAF CL 2012

EST - ASO (3 - 2) : Au bout du suspense !

  • Évaluation courante :
Samedi 21 juillet 2012 - Article soumis par FBH - Mis à jour 1 fois
A l'image de ce duel, le derby maghrébin entre espérantistes et chélifiens a été âprement disputé ! (Photo : AFP)

A l'image de ce duel, le derby maghrébin entre espérantistes et chélifiens a été âprement disputé ! (Photo : AFP)

On s'acheminait vers la fin de la rencontre sur un nul frustrant, lorsque Yannick le terrible, bien servi par la nouvelle recrue Belaili, qui a cherché à assurer, sonna le glas pour les joueurs ô combien accrocheurs de l'ASO Chlef. L'Espérance revenait de loin ! Victoire finale des Sang et Or 3-2 !

C'était un match difficile et c'était prévisible ! Défaits à domicile lors de la journée inaugurale, les algériens ont cherché à ne pas perdre toute illusion de qualification en demi-finales. Rachid Belhout a mis en place un dispositif tactique à travers lequel il a cherché à bloquer les issues devant les Sang et Or sur les flancs droit et gauche, et a soumis N'Djeng et Msekni a une surveillance particulière, sachant que le danger pourrait provenir de l'un deux à tout moment. Les algériens cherchaient avant tout à ne pas perdre, à obtenir le point du nul devant le champion en titre, comme en témoigne leur comportement à 0-0, 1-1, 1-2 et même à 2-2 – simulations, pertes de temps, etc. Le mérite des Sang et Or est qu'ils ont cherché la victoire de bout en bout sans baisser les bras jusqu'au sifflet final et ils n'ont été que justement récompensés pour leurs efforts dans les arrêts de jeu.

Afful a déclenché les hostilités, lorsqu'à la huitième il tenta de tromper la vigilance de Ghalem qui repousse en corner. Seulement une minute plus tard, les algériens ont eu la balle du but qui aurait mis l'Espérance sous davantage de pression. Maladresse du joueur et parade de Ben Chérifia qui font que les Sang et Or ne soient cueillis à froid. Et c'est Msekni fauché par le keeper chélifien qui obtient le coup de réparation transformé par Mouelhi (1-0; 27'). Les algériens réussissent à revenir au score à quelques minutes de la fin de la première période sur un corner repris de la tête par Mellouli (1-1; 42') curieusement démarqué dans les 16m50 des nôtres ! La responsabilité incombe à plus d'un joueur Sang et Or : La défense qui a été fébrile; Msekni qui aurait du revenir avec le joueur qui le marquait lors de la majeure partie du match; Ben Chérifia, ayant positionné deux joueurs sur les poteaux, et qui resta lui sur sa ligne de but; Mouelhi qui aurait pu repousser la balle de la tête sur la ligne ne réussirait pas à le faire…. Un but somme toute évitable !

Dès la reprise les Sang et Or se sont efforcés à reprendre l'avantage, alors que les algériens tentaient de surprendre, ou au moins préserver le point du nul. A quelques minutes de la fin, les deux équipes étaient à 1-1. Msekni pressé dans la zone adverse va perdre le ballon au profit des algériens qui sur le contre verront Hadji servir Messaoud qui parvient à surprendre Ben Chérifia (1-2; 85'). Les algériens étaient tout proches du hold-up, mais c'était sans compter sur la force de caractère des Sang et Or menés par leur nouvelle recrue, l'algérien Belaili, qui apporta fraîcheur et percussion au jeu espérantiste depuis son entrée en jeu à la place de Derbali lors du dernier quart d'heure de la rencontre. L'ex-sociétaire du MC Oran obtient le penalty de l'égalisation, transformé par Mouelhi (2-2; 86') avant de n'être passeur décisif sur le but de la délivrance signé Yannick N'Djeng (3-2; 90+3').

Victoire amplement méritée bien que difficilement acquise.

Mouelhi (2 buts) et N'Djeng (1 but) permettent à l'Espérance de renverser la vapeur dans un derby maghrébin disputé de bout en bout ! (Photo : AFP/ FIFA)

Défense mon doux souci !  

Maâloul a du pain sur la planche pour améliorer le rendement défensif de l'équipe qui laisse à désirer. Si l'Espérance version 2011 n'a encaissé aucun but à domicile en Champions League, l'Espérance version 2012 en est à son… troisième ! L'absence de Hicheri n'explique pas tout. Il y a des choix à faire et si besoin est des recrutements à réaliser pour réussir le chantier solidité et animation défensives qui devraient être dignes d'un champion qui défend son titre continental. Trêve de demi-solutions ! 

Surprise agréable

Youssef Belaili a ébloui lors des quelques quinze minutes qu'il a joué ! Bonne technique, belle exécution des balles arrêtées, passes décisives…. Bref, il a fait étalage de son talent, a donné du fil à retordre à ses compatriotes et a largement contribué à la victoire de ses coéquipiers. Il ne croyait pas si bien dire lorsqu'il a déclaré au quotidien Le Buteur «Je connais personnellement l'équipe de l'ASO que j'ai affrontée plusieurs fois lorsque j'étais au MCO. Ce sera mon premier test… mais j'espère réussir ma première sortie sous les couleurs de l'EST, et je demande à l'avance pardon aux chélifiens». Les chélifiens le pardonneront-ils ?

Mauvais perdants

Les chélifiens et à leur tête le coach Belhout ont essayé de tout mettre sur le dos de l'arbitrage ! Les deux penaltys étaient pourtant des plus évidents, classiques même – dirait notre fameux Selmi ! Le but de la victoire était, d'autre part, des plus réguliers ! Que Belhout se rassure : il n'y avait rien de louche ! L'arbitre a même fermé les yeux sur d'autres fautes et tacles des chélifiens et a brandi un carton immérité au nez de Msekni suite à la simulation de Mellouli ! C'est Msekni qui se voit injustement privé du prochain match !

 

Par Fayçal BEN HABIB
Noter l'article
EST - ASO : (3 - 2) article précédent >>